Pas à armes égales

Vous cliquez sur le lien pour regarder cette vidéo dont le titre vous interpelle. Vous regardez la vidéo et un algorithme commence à vous proposer d’autres vidéos. Vous en sélectionnez une, puis une autre et vous finissez deux heures plus tard à vous demander ce qu’il vient de se passer.

Depuis 1997 et la victoire de Deep Blue sur Kasparov, il est facile de prédire le résultat d’une partie d’échecs entre un humain et une machine. La machine gagne systématiquement. Le même phénomène est en train de se produire sur des jeux beaucoup plus complexes comme le go ou StarCraft 2.

Pour réussir ces exploits, des algorithmes sont entraînés en jouant des milliards de parties afin de déterminer automatiquement les meilleurs stratégies.

Quand nous regardons toute la nuit des vidéos recommandées par un algorithme, nous nous demandons comment nous avons pu être aussi faible. Mais de la même manière qu’en 2019 aucun champion d’échec ne peut battre un simple échiquier électronique à 50 €, nous ne nous battons pas à armes égales quand un algorithme veut que nous restions le plus longtemps possible sur une plateforme.

À chaque recommandation, nous affrontons en fait un algorithme entraîné sur des millions de personnes et des milliards de vidéos. Ce n’est pas nous, humains, qui sommes faibles. Ce sont les machines que nous avons conçues qui fonctionnent un peu trop bien.

Cet article vous parle ? Partagez-le !