Apprendre par l'hybridation

Lors d’une table ronde au sommet des Govtech, une question très pertinente a été posée : comment les administrations peuvent-elles acquérir des technologies dont elles ne connaissent même pas l’existence ?

En tant qu’innovateurs publics, il est important que nous nous emparions de cette question. Comment permettre aux agents de se rendre compte de l’état de l’art des technologies, afin qu’ils puissent imaginer de quoi le futur pourrait être fait.

Deux pistes existent pour y arriver : la formation et l’hybridation.

1/ La formation est le moyen classique d’exposer de nouveaux concepts. On assoit des humains (de préférence des chefs) dans une salle et on leur explique ce qui existe aujourd’hui et de quoi demain sera fait. Puis on espère qu’en rentrant ils partageront tout ce qu’ils ont appris à leurs équipes.

2/ L’hybridation est différente. Il s’agit là aussi d’une formation, mais par la pratique. Le principe est simple : faire travailler sur un projet commun agents publics et experts venus de l’extérieur. Soit on immerge des geeks dans un milieu administratif (comme le programme Entrepreneurs d’intérêt général), soit on plonge un agent dans une équipe de techos (c’est le concept des startups d’État).

Dans les deux cas, tout le monde apprend. Les agents peuvent se rendre compte à travers un projet concret des avancées sur un domaine donné. Et les experts du numérique entrevoient les rouages de l’administration. Ce qui leur donne parfois envie de rester.

« J’entends et j’oublie. Je vois et je me souviens. Je fais et je comprends. » (Confucius)

Cet article vous parle ? Partagez-le !