Des habitudes émergentes

Depuis la grève des transports, le nombre de vélos roulants chaque jour à Paris a été multiplié par 3. Aucun cycliste n’a l’habitude de rouler avec autant de comparses. C’est donc un joyeux bordel sur les pistes cyclables car personne ne sait vraiment comment agir dans ce genre de situation.

Dans les systèmes bien établis, comme la circulation automobile, des règles spontanées se mettent en place au fur et à mesure. Quand le périphérique est bouché, l’usage est qu’une voiture sur deux cède le passage à l’entrée des bretelles pour fluidifier le trafic.

Ce comportement n’est pas inscrit dans le code de la route mais a émergé jusqu’à devenir une règle implicite respectée par la plupart.

Dans le cas des vélos, l’augmentation du nombre de cyclistes a été si brutale que ces comportements émergents n’ont pas eu le temps d’apparaître.

Qu’est-ce cela implique pour nous dans le contexte de l’innovation publique ?

1/ Certaines habitudes sont extrêmement difficiles à changer car elles ont émergées spontanément et sont implicites. Comment modifier une loi qui n’est écrite nulle part ?

2/ Lors de changements rapides, il y a toujours une période d’adaptation un peu chaotique car ces comportements émergents n’ont pas encore eu le temps de se former. Comment prévoir des comportements qui émergent au sein d’un groupe, parfois sans que les individus en soient conscients ?

Une seule certitude : le changement prend toujours du temps.

En parlant de changement, le rythme de publication de f14e.fr évolue et passe à un article par semaine (au lieu d’un article par jour pendant une semaine puis plus rien la semaine suivante 😁 ).

Cet article vous parle ? Partagez-le !